Amarok l’esprit nature

Kirghizie A l’affût de la Panthère des neiges sur les hauts plateaux kirghizes

Paysages de steppe, de montagnes et de glaciers à perte de vue, observation de la faune sauvage des hauts plateaux Kirghizes, dont la panthère des neiges, et rencontre des bergers des steppes et des Berkuchis

  • Durée : 17 jours
  • Période : novembre
  • Prochain départ : Séjour en cours de programmation ou sur mesure, nous contacter
  • Effectif : 4 - 8 personnes
  • Guide(s) :

2 990 €*

*à partir de


Niveaux[En savoir +]

  • Immersion
  • Confort
  • Autonomie
  • Physique
Je réserve

Demande du carnet de voyage

Pour recevoir le carnet de voyage de ce séjour, merci de renseigner votre nom et votre email:

Points forts :

  • Petit groupe de 4 à 8 personnes encadré par un accompagnateur en montagne - interprète francophone spécialisé sur la faune kirghize et l’étude de la panthère des neiges dans la région.
  • Encadrement du séjour en partie par les gardes de la réserve connaissant parfaitement le terrain et possédant une grande expérience dans la détection de la faune discrète des montagnes kirghizes
  • Échange riche avec les locaux et découverte de la culture nomade du Kirghizistan
  • Découverte des espaces naturels et des actions de protection de la nature de la région d’Issik-kul
  • 10 journées d’immersion en autonomie totale dans une nature intacte, loin des circuits touristiques
  • Observation certaine des grands rapaces et ongulés de montagne (Bouquetin de Sibérie et Mouflon de Marco polo) et observation très probable du Loup et de la Panthère des neiges
  • La période (période de rut de la Panthère des neiges), le lieu (zone secondaire d’une réserve naturelle intégrale) et l’encadrement (guides français et locaux expérimentés) permet d’optimiser les chances d’observation de la Panthère des neiges sur ce séjour.
  • Logement chez l’habitant puis en yourte

Votre guide

Bastien Chaix

Bastien Chaix

Passionné par la nature et les animaux sauvages depuis son enfance, c’est dans les collines provençales lors d’innombrables heures passées à observer l’aigle de Bonelli que se développe cette passion qui ne l’a plus quitté depuis.
Après avoir fait un BTS Gestion et protection de la nature en Lozère, il travaille quelques temps à Espace naturel de Provence sur différents contrats concernant l’étude des oiseaux méditerranéens et des rapaces dans les Bouches-du-Rhône.
Il avait 20 ans lorsqu’il réalise son premier voyage en république kirghize, seul et sans parler un mot de russe ce qui lui laisse un premier souvenir impérissable. Parti simplement pour y étudier la nature et l’aigle royal, il en revient transformé et ébloui par la culture pastorale des bergers kirghizes. Depuis 2013, il séjourne au Kirghizistan une grande partie de l’année pour y guider entre autres des expéditions en sciences participative sur l’étude de la panthère des neiges pour l’ONG Objectif Sciences International et rendre compte par la photographie du mystère et de la beauté des monts célestes.
Entre deux escapades au Kirghizistan, il travaille comme berger dans le sud-est de la France. Deux métiers complémentaires qui lui offrent l’opportunité d’explorer un peu tous les points de vue concernant la question du fameux loup des steppes…

Les hauts plateaux kirghizes faits de steppes immenses et de glaciers étincelants ont vu défiler pendant des siècles les caravanes de la route de la soie avant que l’ouverture du canal de Suez apporte une alternative plus aisée au franchissement de ces montagnes froides, hostiles mais d’une beauté céleste. Avant de rejoindre les Hauts plateaux de la région d'Issik-Kul, en chemin pendant notre acclimatation, nous observerons probablement nos premiers grands rapaces tels que le Gypaète barbu, l’Aigle royal ou le Vautour de l’Himalaya. Chaque jour, environ 2-3 heures à l’aube et en fin de journée seront consacrées à des séances d’observation statiques de la faune (Loup, le Mouflon de Marco Polo, le Bouquetin de Sibérie et tout un cortège d’animaux particulièrement adaptés au froid) et recherche de la panthère des neiges à la longue vue et jumelles avec l’aide des gardes de la réserve. Le lieu d’observation peut varier en fonction des indices (traces…) récoltés les jours précédents mais reste à moins d’une heure de marche du campement. Nous rencontrons en chemin les bergers des steppes et  les Berkutchis qui sont des aigliers chassant à cheval accompagnés d’un Aigle royal et de lévriers kirghizes « Taigan ».


Programme :

Jour 1 : Vol de nuit

Jour 2 : France – Lac Issik-kul

Arrivée à l’aéroport Manas de Bishkek le matin tôt puis transfert directement au petit village de Chon-jargilchak au sud du lac Issik-kul à 1700m d’altitude. Arrivée en début d’après-midi au village, après-midi repos et visite des environs du village. (Env 4-5h de route). Le lac Issik-kul, grand comme la Corse est une réelle mer intérieure légèrement salée qui ne gèle pas en hiver contrairement à la plupart des lacs de la région. Pour cette raison il constitue une zone d’hivernage de choix pour l’avifaune de la région. Nous effectuerons une petite balade en soirée afin de découvrir les piémonts de la chaîne du Teskey ala-too offrant une vue splendide sur le lac Issik-kul. Possibilité d’observer quelques espèces typiques d’Asie centrale telles que la Grive à gorge noire, le Rougequeue de Guldenstadt ou la Mésange azurée. La vallée de Chon-jarguilchak initialement classée en réserve de chasse, a vu récemment ses mesures de protection renforcées avec la création de l’Association Ala-too bugu. Cette association rassemble plusieurs habitants du village souhaitant préserver les richesses naturelles de la vallée et lutter contre le braconnage, que celui-ci concerne la pêche sur le lac ou la chasse illégale au bouquetin en montagne. Des partenariats avec plusieurs ONG et institutions devraient permettre à l’avenir de mieux étudier et protéger la Panthère des neiges et la faune sauvage de la vallée. A terme la réintroduction du Wapiti des Tien shan, disparu de la vallée dans les années 1960 viendrait enrichir la faune de la vallée déjà habitée par la Panthère des neiges, l’Ours isabelle, le Lynx du tibet, le Loup gris, le Bouquetin de Sibérie, le Chevreuil de Sibérie et une variété d’oiseaux tels que le Tétraogalle de l’Himalaya ou les roselins de montagne.

- Logement chez l’habitant, Talant, responsable de l’association Ala-too bugu

Jour 3 : Déplacement en 4X4 vers les hauts plateaux                                                

Après avoir récupéré la nourriture et le matériel pour nos 10 jours d’isolement, nous monterons sur les hauts plateaux en 4x4 via le col de Barskoon (3800m) puis de Seok (4028m). Les hauts plateaux kirghizes faits de steppes immenses et de glaciers étincelants ont vu défiler pendant des siècles les caravanes de la route de la soie avant que l’ouverture du canal de Suez apporte une alternative plus aisée au franchissement de ces montagnes froides, hostiles mais d’une beauté céleste. En chemin nous observerons probablement nos premiers grands rapaces tels que le Gypaète barbu, l’Aigle royal ou le Vautour de l’Himalaya. Après 5 heures de 4X4, nous arriverons à la cabane des gardes où nous passerons notre première nuit à 3 000m d’altitude.

- Nuit chez les gardes

Jour 4 : Découverte des hauts plateaux - acclimatation                                            

Une première petite randonnée d’acclimatation nous permettra de nous familiariser avec les habitants à plumes et à poil de la vallée ainsi que rencontrer les bergers voisins et gardes de la réserve. Une première observation en soirée devrait nous permettre d’observer nos premiers bouquetins, mouflons et espérer croiser dans nos longues-vues leurs discrets prédateurs.

- Nuit chez les gardes

Jour 5 : Déplacement à pied vers le camp de base                                                     

A partir de la cabane des gardes nous remonterons le fond de la vallée à pied (environ 4-5 heures de marche et 250m de dénivelé) afin de regagner le camp qui nous servira de quartier général lors de notre quête du fantôme des montagnes. Les chevaux de la réserve achemineront les bagages ainsi que la nourriture et le matériel.

Les Hauts plateaux (Syrt) : Les hauts plateaux de la région d’Issik-kul ne sont accessibles que par des cols à plus de 3000m et constituent un no man’s land d’altitude grand comme un département français. Deux sommets à 7 000m et plusieurs dizaines de sommets à  plus de 5 000m forment la frontière avec la chine. Ces espaces  sont peuplés uniquement de bergers et de leurs troupeaux de brebis, chèvres, yacks et chevaux. Ils partagent ces espaces avec le Loup, le Lynx, l’Ours isabelle, le Mouflon de Marco Polo, le Bouquetin de Sibérie et tout un cortège d’animaux particulièrement adaptés au froid, à l’altitude et à la sécheresse du climat continental. Deux réserves naturelles intégrales et un parc national ont pour vocation de protéger la faune sauvage de ces écosystèmes uniques. En dehors des réserves, le braconnage et la chasse sportive au trophée de bouquetins et mouflons (principalement des clients étrangers) est malheureusement encore répandue malgré le travail des associations de protection de la nature. Dans ce cadre, le développement d’un éco-tourisme basé sur l’observation animalière permettrait de valoriser le rôle des réserves et proposer une alternative économique plus durable et respectueuse de la faune sauvage.

- Nuit en yourte partagée

Jour 6 à 13 : A l’affût de la panthère des neiges                                                       

Chaque jour, environ 2-3 heures à l’aube et en fin de journée seront consacrées à des séances d’observation statiques de la faune et recherche de la panthère des neiges à la longue vue et jumelles avec l’aide des gardes de la réserve. Le lieu d’observation peut varier en fonction des indices (traces…) récoltés les jours précédents mais reste à moins d’une heure de marche du campement.

Le reste de la journée sera consacré à la découverte de l’écosystème à pied dans les vallées environnantes (pistage, ornithologie, observation des ongulés, randonnée…) et à la recherche d’indices de présence de la panthère des neiges. Nous serons dans ces moments reliés par Talkie-walkie aux gardes de la réserve qui scruteront également les versants à la recherche du léopard des neiges. Retour à la cabane des gardes le douzième jour.

Environ 400 panthères des neiges soit 10% de la population mondiale habitent le Kyrgyzstan. Elle est encore bien présente dans les montagnes du Tien Shan et du Pamir Alai où les études récentes par piégeage-photographique et les analyses génétiques permettent d’obtenir des informations fiables concernant les densités de population de ce fantôme insaisissable.     

- Logement en yourtes partagées chauffées au poêle.

Jour 14 : Retour vers le lac Issik-kul                                                         

Nous referons la route en 4X4 en sens inverse en traversant les hauts plateaux avant d’arriver au village de Chon-jargilchak.

- Nuit chez l’habitant.

Jour 15: Chon-jargilchak-Micro-réserve d’Ak tala                                                   

Direction la micro-réserve d’Ak-bulun que nous rejoindrons après 2 heures de minibus. En chemin nous nous arrêterons afin de rencontrer un Berkutchi. Les Berkutchis sont des aigliers chassant à cheval lièvres, renards et parfois même loups accompagnés d’un Aigle royal et de lévriers kirghizes « Taigan ». Ce savoir se transmet généralement de père en fils chez les peuples kirghizes et kazakhs. Au Kirghizstan cette tradition est encore présente au sud du lac Issik-kul et dans quelques villages situés dans le nord du pays.

Micro-réserve d’Ak-bulun : La micro-réserve d’Ak-bulun a été créée il y a seulement deux ans à l’initiative de quelques habitants du village de Kara-talaa principalement dans le but d’offrir une zone de quiétude aux cygnes (chanteurs, de Bewick et tuberculés) et autres oiseaux d’eau hivernants. La zone est par ailleurs classée en « Important Bird Area » par Birdlife International. Des actions telles que la sensibilisation des enfants des écoles environnantes et le développement d’un éco-tourisme basé sur l’observation de l’avifaune devrait permettre d’enrayer définitivement le braconnage et protéger la zone sur le long terme du surpâturage ou d’aménagements destructeurs. Possibilité d’observation du Pygargue à queue blanche, Cygne chanteur, Panure à moustaches, Tadorne casarca et autres oiseaux d’eau.

- Soirée et nuit chez l’habitant dans une maison de village, chez Ermek, le responsable de la micro-réserve.

Jour 16 : Retour en minibus vers Bishkek                                                    

Départ de Kara-tala dans la matinée, puis trajet d’environ 3h30 de route par la rive sud du lac jusqu’à Bishkek. Visite de la capitale kirghize en fin d’après-midi. Soirée en ville et restaurant avec spécialités locales.

Bishkek, appelée Frunze jusqu’à l’indépendance du Kirghizistan (1991) était surnommée « la ville verte » à l’époque soviétique en raison de l’abondance de parcs urbains. Ville principalement peuplée de populations russes par le passé c’est devenu une ville dynamique et cosmopolite au carrefour de l’Asie centrale accueillant kirghizes, russes mais aussi ouzbeks et ouighours.

- Nuit en guest house à Bishkek

Jour 17 : Départ matinal de l’aéroport de Bishkek et vol de retour de jour

 

Ce tarif comprend :

  • L’accompagnement par un guide AMAROK et par des guides locaux connaissant tous parfaitement le terrain et la faune sauvage kirghize.
  • La logistique concernant l’hébergement et la nourriture sur place du déjeuner le J1 à Bishkek au petit-déjeuner le Jour 16
  • Transports sur place en minibus, 4X4 tout terrain ainsi que la location des chevaux de bâts pour les jours 4 et Jour 12.

Ce tarif ne comprend pas :

  • Les vols aériens (à partir de 600€ A/R en classe économique. Prix à titre inidicatif)
  • Les boissons, les pourboires (env 90 à 100€/pers).
  • Vos achats personnels.
  • Votre équipement personnel, y compris les vêtements pour le froid, duvets, chaussures etc...
  • L’assurance voyage : annulation et assistance.
  • Le supplément si le gropupe est constitué uniquement de 4 participants : +500€/pers
  • D’une façon générale, tout ce qui n’est pas indiqué sous la rubrique précédente.
  • Frais d’inscription : 45€/dossier

Transport : Vol en avion pour Bishkek, puis transport en minibus jusqu’au lac Issik-kul puis transport en 4X4 puis déplacement à pied accompagné de chevaux de bât.

Hébergement : Nuits chez l’habitant au lac Issik-kul puis en yourte tout le restant du séjour. Nuit en Guest house à Bishkek

Restauration : Repas chez l’habitant puis cuisine simple sur le réchaud et le poêle en montagne. Restaurant à Bishkek.

Accompagnement : Bastien Chaix Accompagnateur en montagne. Gardes de la réserve

Formalités : Passeport en cours de validité, valable encore 6 mois après la date de retour. Pas de visa obligatoire

Pas de vaccins obligatoires, certains vaccins peuvent être cependant recommandés (DTP à jour, Fièvre typhoïde, Hépatite A et B…). Plus d’infos ici : https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/conseils-par-pays-destination/kirghizstan/#sante. Un test PCR négatif de moins de 72h est nécessaire pour l’entrée au Kyrgyzstan. Quel que soit le statut vaccinal.

Groupe : De 4 à 8 participants

Monnaie : La monnaie est le som. 1 euro = 98 som, taux de change de décembre 2021

Décalage horaire : + 4 heures en heure d’été, +5 heures en hiver

Climat/météo : Ce séjour situé entre 800m et 4000m d’altitude s’effectue en condition hivernales (majeure partie du séjour à 3000-3500m). La nuit le thermomètre peut descendre régulièrement à – 25 degrés Celsius. La journée les températures se rapprochent parfois de 0 mais restent généralement négatives même si le soleil très présent attenu fortement la sensation de froid. Le climat étant continental sec, le froid est bien plus supportable qu’en conditions humides à partir du moment où l’on est équipé. Il faut donc être équipé pour le froid, le vent, la neige même si dans la majorité des cas le ciel bleu règne sur la steppe.

Santé : Être en bonne santé est essentiel pour profiter pleinement de votre voyage, un bilan de santé approfondi peut s’avérer utile en expliquant à votre médecin les caractéristiques de votre prochain voyage. Pour ce séjour, nous vous demandons de nous fournir obligatoirement un certificat médical indiquant que vous êtes apte à la randonnée en montagne jusqu’à 4 500m.

 

 

  • Petit Rappel : L’observation de la faune n’est jamais garantie. Il se peut aussi que celle-ci soit parfois observée de très loin à la longue vue. * Ce séjour est accessible à toute personne en bonne condition physique, prête à supporter des conditions météo extrêmes, parfois difficiles. L’approche des sites d’observation se fait à haute altitude vers 3000 à 4000m en milieu de montagne. Promenade entre 3 et 5 heures/jour suivant les opportunités de terrain. Pour que votre séjour se passe au mieux, vous trouverez ci-dessous, quelques recommandations vous permettant de vous y « préparer » au mieux. En effet un participant qui ne serait pas prêt (condition physique insuffisante, manque de matériel) peut occasionner des conséquences regrettables sur l’ensemble du groupe comme par exemple le retour prématuré du tout le groupe dans la vallée et aux voitures. Pour des raisons de sécurité, il ne nous est pas possible de scinder le groupe ! La vie en groupe sollicitera également vos capacités d’adaptation. Une attitude positive vis-à-vis des autres participants, le respect d’autrui, un esprit d’équipe contribuera également à la réussite de votre voyage.
  • Être en forme physique. Nous vous rappelons que l’accès aux sites d’observations et de photographie nécessite parfois des marches d’approches avec un dénivelés positifs moyen puis de se déplacer en montagne. Chacun sera chargé individuellement du portage journalier de son sac individuel comprenant vêtements chauds, votre eau pour la journée, et votre matériel photo (Jour 4 et Jour 12, chevaux de bâts pour portage de vos sace de la journée).. Pour que vous profitiez pleinement de votre séjour, nous vous conseillons de pratiquer des marches en guise d’entrainement.
  • Nuits en cabane et en yourte la plupart du temps, dans des conditions rustiques.
  • Ce séjour en milieu montagnard se passe dans des conditions météorologiques pouvant être aléatoires il est indispensable d’être parfaitement équipé contre le froid surtout lorsqu’on passe beaucoup de temps en statique pour l’observation et la photographie.
  • Les séjours d’AMAROK – l’esprit nature n’ont généralement pas de programme préétabli au jour le jour. C’est la nature et ses opportunités qui dictent nos pas selon la météo, l’observation de la faune, les ressources du milieu, la sécurité. Seule la date du retour est une contrainte organisationnelle.
  • Les ongulés même si ils sont assez abondants nécessitent une bonne condition physique et de la patience pour les photographier car ceux-ci sont souvent dans des terrains escarpés et possèdent une distance de fuite assez grande par rapport à la faune sauvage européenne.
Aventure Ce voyage a été une belle aventure. Ce fût le premier en hiver réalisé par Bastien en peu de temps mais bien réussi. Vu la mythique panthère des neiges. Ne pas craindre le froid. Le voyage restera pour toujours dans ma mémoire, ça a été un rêve qui s'est réalisé. Super. A refaire j'espère
Daniel

Partagez votre expérience

  • Le détail de votre expérience
Vous aimerez aussi
SARL AMAROK - L’Esprit Nature, 130A chemin du Railler, 38160 Saint-Pierre-de-Chérennes
Tel.: +33 (0)6 95 60 86 29 - Email : info@amarok-espritnature.com
Siret No. 850 957 614 R.C.S. Grenoble - Code APE 7911Z - Immatriculation Atout France IM 038190009 - TVA Intra : FR82 850957614
Capital social 35 000 € - Garantie Financière Groupama, 8-10 rue d'Astorg, 75008 Paris - RCP MMA Iard, 14 Blvd. M&A Oyon, 72030 Le Mans